mardi 3 novembre 2009

Is writing on Twitter writing?

Last year Pew published a study showing that for teenagers writing IM was'nt really writing:
"Teens write a lot, but they do not think of their emails, instant and text messages as writing. This disconnect matters because teens believe good writing is an essential skill for success and that more writing instruction at school would help them."
( http://bit.ly/3IWPTM )
Is'nt writing on Twitter closer to IM than, say, on a blog? We would have a graphic inscription midway between orality and classical writing. This does not question the interest od Seed Magazine article but should push toward pluralizing the notion of writing, wich in the coming "age of writing" should not surprise.
in reference to:
"International concern for the minority who can’t read may soon extend to those who can’t publish."
- A Writing Revolution § SEEDMAGAZINE.COM (view on Google Sidewiki)

samedi 26 septembre 2009

Google Sidewiki entry by Michel

La suite dans les idées

Sans sympathie excessive pour Sylvain Bourmeau je suivais "la Suite dans les idées", la plupart du temps après coup, en podcast ou sur le site de France-Cul. Réduire son émission à une demi-heure, c'est une absurdité à la limite du vexatoire. Particulièrement sensible aujourd'hui, où il recevait Luc Boltanski. Que Bourmeau et lui aient réussi à faire tenir une problématique complexe et passionnante dans une demi-heure, ça tient du miracle ou de la haute acrobatie.

in reference to: France Culture (view on Google Sidewiki)

vendredi 18 septembre 2009

Islamophobie savante, islamophobie politique - Les blogs du Diplo

jeudi 17 septembre 2009, par Alain Gresh:

"Nous les Grecs, bien sûr. Nous les Arabes pas moins. Mais nous les Latins, aussi bien que nous les juifs, nous tous les absents de la nouvelle Restauration, nous tous les autres, nous qui n’entrons pas dans les “synthèses”, “helléno-chrétiennes” ou celles qu’on voudra, nous les composites."

mardi 8 septembre 2009

jeudi 3 septembre 2009

Lal Shahbaz Qalandar

Voir explications sur le blogue de Leyla Jagiella:

filmi songs, celebrating the miraculous help that Lal Shahbaz Qalandar and his dervishes give to opressed women.
Songs like these used to be very popular in Pakistan and they still are with many people but nowadays the social and religious establishment does not like them too much and there have been repeated tries of eliminating their existence.

J'aime bien ce commentaire:
It is good to see that the only people who do not venerate saints and ask for their intercession are either joyless Calvinists or Wahabi stick-in-the-muds who are more modern than traditional, more anal than devout.

jeudi 13 août 2009

"Terra d'amuri e di malinconia"


Hier soir à Vintimille, calabrais et siciliens.

Comme je ne pensais pas monter les petits bouts d'enregistrment fait avec mon appareil photo, j'ai négligé de demander son nom et son autorisation au chanteur. Si quelque visiteur ici le connaît, merci de m'informer.

Se qualcuno conosce il cantante, grazie d'informarmi.

If someone here knows the singer, thanks to let me know.

lundi 10 août 2009

Méthode de lecture rapide - Boing Boing

How to speed read - Boing Boing

"Dans ce clip; Chris Matt nous montre comment lire plus vite. Le truc, dit-il, est de répéter "AEIOU" ou "un, deux, trois, quatre" pendant qu'on lit. Cela prévient la vocalisation dans le larynx des mots écrits. Une fois entraîné, vous pouvez arrêter de prononcer "AEIOU" et vous serez capable de lire beaucoup plus vite, c'est du moins ce qu'il dit."


More DIY videos at 5min.com


(à propos du petit schéma explicatif en ouverture, voir: "les deux-voies de la lecture" selon Stanislas Dehaene.)

François Bon: l'Incendie du Hilton

Elevage numérique (via Christian Fauré)

Copier coller | Copy and clone from louis rigaud on Vimeo.



(via Christian Fauré)

vendredi 7 août 2009

A short history of America - Robert Crumb

Ondes catalanes


Tiuccia, embouchure du Liamone
Originally uploaded by cercamon

Nous allons à Vico, les J. dans leur voiture, nous dans la nôtre, nous roulons le long de la mer et je cherche sur le poste de radio de la voiture. Je suis surpris parce que je tombe d'abord sur une puis une deuxième station en espagnol. A la troisième station E. me dit: "Ah, ça, c'est du corse, non?", "Euh non", je dis - et- je tends l'oreille "c'est du catalan." Oui, c'est du catalan. ''Radio Catalunya''. Je continue à chercher. Catalan encore, catalan et puis castillan et puis deux, trois stations en français (le Tour de France) et puis à nouveau catalan. E. explique bien: la Catalogne, c'est droit devant (à gauche de la route, à babord, vers l'Ouest) et entre elle et nous il n'y a que la surface lisse de la mer, sans obstacle.

Lorsque nous leur avons raconté ça, les J. ont semblé surpris. Et le lendemain, c'était fini: la radio ne nous donnait plus que des stations en français ou en corse, plus une station italienne... Le vent ne soufflait plus du couchant et ne ramenait plus sur les côtes occidentales de la Corse les ondes catalanes.

mardi 28 juillet 2009

Chimpanzee vs. Human child learning (2/2)

via BoingBoing:

Un clip intéressant extrait d'un documentaire du "National Geographic" qui compare la manière dont apprennent humains et chimpanzés. Lorsqu'on leur demande d'effectuer une série de mouvements pour tirer une friandise d'une boîte, l'enfant humain copiera les mouvements de l'adulte exactement. Le singe copiera aussi les mouvements jusqu'à ce que la boîte soit remplacée par une version transparente. A ce moment-là le singe se rend compte que la moitié des mouvements sont inutiles et prend un raccourci pour obtenir la friandise; les enfants de leur côté continuent de faire les mouvements inutiles qu'on leur a appris.
(...)
Les enfants sont capable de voir la répétition comme une jeu alors que le chimpanzé ne comprend que "obtenir la friandise".

mardi 23 juin 2009

Ustad Ali Akbar Khan



Le grand Ali Akbar Khan est mort jeudi dernier à l'âge de 87 ans. Je ne l'ai appris qu'hier via le compte Facebook de Nihar. Les morceaux d'AAK étaient parmi les plus joués de mon iTunes, son rag Bageswari Kanada comme, plus léger, le disque qu'il avait enregistré avec la chanteuse Asha Bhosle, "Legacy".

AAK était le fils d'une légende de la musique indienne, Ustad Allauddin Khan, mort à 110 ans, qui a formé une pléiade de stars de la musique classique hindoustanie, comme on le voit sur cet extrait de documentaire qui lui est consacré:

vendredi 19 juin 2009

Sophie Ashraf: The Burkha Rapper by Ruhani Kaur (pour contribuer au débat)

"C'est comme lorsque vous aimez vraiment un groupe, vous mettez un T-shirt du groupe, et bien nous aimons vraiment, vraiment l'islam, alors nous mettons la burqa (...) Il y a une ligne dans le Coran qui dit: "A vous votre religion, et à moi la mienne". Et ainsi ils me laissent m'exprimer comme je le veux. Les gens ont tendance à penser que quelqu'un qui essaie d'être différent et quelqu'un qui viole les règles sont le même. Moi je travaille à l'intérieur des règles mais je trouve des petites ouvertures, des brèches qui me permettent de faire mon truc. Il y a ce dessin animé japonais appelé La Mélancolie d'Haruhi Suzumiya dans lequel le monde tout entier a été fait pour l'amuser, elle, le personnage principal. Parfois j'ai le sentiment que le monde a été créé juste pour m'amuser. Parce que les choses, mashaallah, vont toujours dans le bon sens."



"Its like when you really like a band, you wear T-shirts of that band, Well we really, really like Islam, so we wear the burkha.  (...) There is a line in the quran that says, “To you, your religion, and to me mine”. And so they are letting me express myself the way I want to. People tend to think that someone who tries to be different and someone who breaks the rules are the same. I work within the rules, but I find those little loopholes that allow me to do my thing. There is this cool anime (Japenese animation) called The Melancholy of Haruhi Suzumiya in which the entire world is made just to amuse her, the main character. Sometimes i feel the world is created just to amuse me. Because things, mashaallah always go right."

Blind Boys » Archive » Sophie Ashraf: The Burkha Rapper by Ruhani Kaur

Sur YouTube:

dimanche 14 juin 2009

Tehran Streets


Tehran Streets
Originally uploaded by mousavi1388

“They didn’t rig the vote,” claimed the man, who showed his ministry identification card but pleaded not to be named. “They didn’t even look at the vote. They just wrote the name and put the number in front of it.” (NYT)

Protests in Tehran after election - Riot police caught by crowd

Je reste dans l'incertitude quant à la réalité de la fraude dénoncée par les partisans de Mousavi. Il me semble cependant que ce qui se passe à Tehran ne témoigne pas de la dépression de qui se serait surestimé (cf. Modem :-().

mercredi 3 juin 2009

Paris, pour 2 jours



... et 42 copies à corriger!

J'aime le début de Chicago-Ballade

J'aime le début de "Chicago-Ballade"de Hans Magnus Enzensberger, que j'emporte pour lire dans l'avion.
Des Cadillac noires, lourdement blindées, s'arrêtent devant le restaurent de luxe situé en face de l'hôtel de ville où les assassins offrent un banquet en l'honneur du conseil municipal. Au troisième toast, l'avocat général accepte de la main d'un monsieur mal rasé une montre de gousset en or. Elle est enveloppée dans un chèque.
Et j'aime (beaucoup) les petits livres d'Alia, où est publié cet extrait de "Politik und Verbrechen" parce qu'ils tiennent dans la poche d'une veste, à peine plus gros qu'un passeport, et qu'ils sont imprimés sur un beau papier crême, en cahiers et non thermocollés, qu'ils sont en somme de parfaits compagnons de (petits) voyages.

mardi 2 juin 2009

Al Capone

I am a spook, born of a million minds, disait cet homme à la fin de sa carrière. Cette parole trahit une intelligence extraordinaire. (...) Capone est une figure qui appartient à l'histoire mas aussi au rêve. Il est le produit de l'imagination collective et, dans ce sens, un fantôme...
(Hans-Magnus Enzensberger, "Chicago-Ballade", in Politik und Verbrechen, 1964; trad. Lily Jumel)


En Italie, le président du Sénat veut réduire l'écrivain Antonio Tabucchi au silence

En Italie, le président du Sénat veut réduire l'écrivain Antonio Tabucchi au silence.

Interview d'Antonio Tabucchi par Sylvain Bourmeau pour Mediapart:

Quelques formules de Simone Weil en guise d'antidote

Comme noté plus tôt, je suis frappé par la claire simplicité des formules de Simone Weil que je découvre par le biais de pages de citations trouvées sur le web (en sorte que ce que je dépose ici est un florilège de florilège). En particulier je trouve sur Wikiquote un choix de citations politiques et parmi celles-ci quelques fortes vérités sans la conscience desquelles un engagement politique qui se voudrait juste ne peut qu'errer.

Ce sont précisément de ces vérités que l'offensive gramscienne de la droite nationaliste actuelle tente de disqualifier, de ringardiser, comme expression d'un politiquement correct, d'une culture de la repentance, voire d'un masochisme national:

"L'hitlérisme consiste dans l'application par l'Allemagne au continent européen, et plus généralement aux pays de race blanche, des méthodes de la conquête et de la domination coloniales."

"On prétend que Napoléon a propagé, les armes à la main, les idées de liberté et d'égalité de la Révolution française ; mais ce qu'il a principalement propagé, c'est l'idée de l'État centralisé, l'État comme source unique d'autorité et objet exclusif de dévouement ; l'État ainsi conçu, inventé pour ainsi dire par Richelieu, conduit à un point plus haut de perfection par Louis XIV, à un point plus haut encore par la Révolution, puis par Napoléon, a trouvé aujourd'hui sa forme suprême en Allemagne. Il nous fait à présent horreur, et cette horreur est juste ; n'oublions pas pourtant qu'il est venu de chez nous."

Mais il y en a aussi pour la gauche:

"Le mot de révolution est un mot pour lequel on tue, pour lequel on meurt, pour lequel on envoie les masses populaires à la mort, mais qui n'a aucun contenu."

comme pour l'Eglise:

"L'Église commet un abus de pouvoir quand elle prétend contraindre l'amour et l'intelligence à prendre son langage pour norme."

(Simone Weil, quelques citations politiques sur Cercamon., avec indication des sources.)

lundi 1 juin 2009

2 "fausses pubs" de Cécile Roland

... ma talentueuse nièce:



Ce sont deux propositions pour des concours. Si ça vous plaît, visiteuse ou visiteur, vous pouvez aller voir ces clips dans de meilleures conditions sur leur site et voter pour eux:
- Blossoming Hibiscus
- Translation

Source : fr.eyeka.com

Découvertes tardives

Je découvre, tardivement, Michel Zink à écouter, par petits bouts, le soir avant de m'endormir la plupart du temps, ses conférences du collège de France sur le Graal. Je m'imaginais que ce serait une plongée érudite dans l'univers lointain et exotique du moyen-âge littéraire (où j'aime me promener de temps en temps, voire m'égarer) mais c'est autre chose que je trouve, une réflexion sur la mystique et son paradoxe. La question que se pose MZ est: "Comment se fait-il que les chevaliers du Graal se mettent en quête de celui-ci à partir du moment et seulement à partir du moment où ils l'ont déjà rencontré?" où il retrouve l'écho d'une aporie plus générale: "Tu ne Me chercherais pas si tu ne M'avais déjà trouvé."

Et par l'intermédiaire de Michel Zink, je découvre, plus tardivement encore, parce que souventes fois rencontrée mais à chaque fois négligée, Simone Weil. Ce que je percevais chez elle de dolorisme, voire de masochisme, m'avait à chaque fois repoussé. A la citer longuement dans sa seconde conférence, MZ m'oblige à l'écouter puis à me renseigner plus précisément et ce que je découvre, pour l'instant par des pages de citations sur le web, me fiche un coup: l'intelligence, la justesse et la simplicité, l'actualité de ce que je lis, aussi de voir exprimer clairement des pensées qui en moi insistent depuis longtemps mais sous des formes confuses.

Seuls les enfants savent lire

"Au fond, j’avais beau ne rien comprendre, je comprenais tout. C’est ainsi que les enfants lisent. Ils comprennent sans savoir qu’ils comprennent. Ils ont raison. Le lecteur doit accepter d’être dupe de ce qu’il lit, et non jouer au plus malin." (Michel Zink, Seuls les enfants savent lire, 2009)

dimanche 31 mai 2009

Jalalabad, repas sous la yourte, le chanteur

Une composition de Toktogul Saltyganov (si j'ai bien compris).

Zal Mahmud Pasha (Mimar Sinan, 1577)

Un album Flickr. (Je rentre petit à petit les photos prises pendant mon dernier voyage / mission dans le monde turcophone.)

Migration mineure (Blogger et blogspot)

Je mets "Cerca blogue!" en version blogspot: les mises à jour de la version hébergée sur Free.fr étaient, dans les conditions rurales de ma connexion, trop longues et aléatoires.

Rechercher dans ce blog

cercamon (WordPress)

Membres

Archives du blog

recherche sur le site

la toile ce site

Creative Commons

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Powered By Blogger