samedi 26 octobre 2019

Todd (carte)

Très content de trouver sur MapPorn une cartes des systèmes familiaux européens selon Todd:
https://www.reddit.com/r/MapPorn/comments/dnex3m/traditional_european_family_systems_1352_x_858/
 
Confirme ce que j'ai toujours pensé: si l'on appliquait les critères qui justifient l'euroscepticisme de Todd à la constitution d'une nation française, on déduirait que, d'après les différence de systèmes familiaux, celle-ci est tout à fait improbable, moins probable que la constitution d'une unité politique européenne.

dimanche 20 octobre 2019

Révolution française et Gilets jaunes


Louis Léopold Boilly  (1761–1845)

Mardi dernier Xavier Mauduit reçoit Pierre Serna[1], historien, qui vient de publier un choix des cahiers de doléances[2][3].: La Révolution dans son siècle (2/4): Vivre la Révolution.

L'écoute en différé que je fais de cette émission fait parallèle à mes récentes lectures de Chateaubriand et de ce que ça me disait de la Révolution Française et du rapport d'analogie du mouvement des Gilets jaunes à celle-ci. L'analyse des cahiers de doléances viennent en quelque sorte compléter, en miroir, le tableau.

Chateaubriand, me disais-je, permet de mieux comprendre que le mouvement des GJ ait rencontré une telle approbation, au départ du moins, de la part des Français. Je m'étais déjà dit, l'année dernière, et ce n'était pas une grande découverte, que l'exemple de la Révolution Française fonctionnait explicitement comme un moteur du mouvement. La lecture de Chateaubriand, cependant, me montre que ces analogies sont plus étroites et plus concrètes que ce que j'avais d'abord pensé. Et notamment quant aux aspects les plus repoussants du mouvement:
- les barrages aux ronds-points et les pressions:
dans les villages, les paysans arrêtaient les voitures, demandaient les passeports, interrogeaient les voyageurs.

- les rumeurs (les fakes news et le complotisme):
A Paris, le bruit se répand qu'une armée arrive par l'égout Montmartre,

on s'écrie que Louis refuse sa sanction à la déclaration des droits, pour s'enfuir à Metz avec le comte d'Estaing, Marat propage cette rumeur: il écrivait déjà l'Ami du peuple.
- le rôle des femmes et l'obscénité ("Brigitte à poil sur un tas de palettes"):
Je courus aux Champs-Élysées : d'abord parurent des canons, sur lesquels des harpies, des larronnesses, des filles de joie montées à califourchon, tenaient les propos les plus obscènes et faisaient les gestes les plus immondes.
Etc.
Et, pour une appréciation globale, l'extrait que j'avais mis sur cercamon.net
...Le genre humain en vacances se promène dans la rue, débarrassé de ses pédagogues, rentré pour un moment dans l’état de nature, et ne recommençant à sentir la nécessité du frein social que lorsqu’il porte le joug des nouveaux tyrans enfantés par la licence. Et puis aussi:
[Les Français] n'aiment pas la liberté, l'égalité seule est leur idole. Or l'égalité et le despotisme ont des liaisons secrètes.[4]
 
Ces analogies expliquent sans doute en partie que l'intelligentsia de gauche[5] ait fait bon marché de ce qui aurait dû la choquer[6].

cahier de doléances, Bastia

Pierre Serna donne à voir des analogies moins déplaisantes. J'avais tendance à penser que le caractère antifiscal du mouvement des GJ à son début le classait plutôt à droite. Je me doutais bien que ce n'était pas tout à fait aussi simple. Ce que l'émission montre, c'est que les doléances de 1788 portent massivement, elles aussi, sur la question fiscale. Il faut se rappeler que l'impôt, en 1788, ne touchait que le Tiers Etat et qu'il épargnait la noblesse et le clergé. Et Pierre Serna d'expliquer que les demandes étaient aussi (surtout?) de justice fiscale. On a vu que très vite, dans le mouvement des GJ, ce qui était au départ une protestation contre l'augmentation des taxes sur le carburant s'est accompagné d'une demande de justice fiscale. La situation de 2018 est sans doute très différente de celle de 1788 mais le fait est que les réformes fiscales réalisées sous l'égide de Macron, et notamment la suppression de l'ISF, donnent l'image d'une politique fiscale injuste au bénéfice des plus riches. En tous cas il est clair que cette revendication de justice fiscale a été le principal levier rationnel qui a permis à une grande partie de la gauche de soutenir le mouvement des GJ.

À considérer le déroulement de la Révolution, le rôle des États-Généraux dans son déclenchement, on peut se dire qu'en lançant des cahiers de doléances et en organisant le "Grand Débat", Macron a pris un gros risque. Pierre Serna, faisant lui-même, incidemment, le parallèle, note que les cahiers de doléances de Macron ont eu infiniment moins de succès que ceux de Louis XVI. Je me demande si le boycott, par les GJ et par ceux qui les soutenaient, n'a pas été, de leur part, une énorme erreur.

Addendum

Une autre analogie entre Révolution française et mouvement des Gilets jaunes est la commune revendication de démocratie directe contre la démocratie représentative. Albert Soboul avait souligné l'opposition entre Jacobins et Sans-culottes sur ce thème[7]. La revendication de démocratie directe passait en particulier par les notions de mandat impératif et de révocabilité des députés.


  1.  https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Serna
  2. Que demande le peuple ? Les cahiers de doléances de 1789, aux éditions Textuel
  3. Sur les cahiers de doléances, l'article de Wikipedia est assez sommaire et incomplet. Rédigés en préparation des Etats Généraux de 1789, ce sont environ 60 000 cahiers qui sont remontés. La meilleure synthèse que j'ai trouvée est celle de FranceArchives.
  4. je me souviens de ce clip vidéo où une GJ en appelait à Poutine, qui a été finalement peu partagé.
  5. Il n'est peut-être pas inutile de rappeler que le lancement du mouvement a été le fait de réseaux d'extrême-droite. Voir là-dessus un article des Décodeurs du Monde, daté d'avril 2019 (et sur les orientations politiques du mouvement par la suite, la synthèse de Wikipédia). Malgré cela le mouvement a trouvé très vite une légitimation et un soutien du côté de la gauche, la France Insoumise et ses sympathisants mais aussi, pour s'en tenir aux médias alternatifs, Médiapart presqu'immédiatement puis, plus progressivement, Arrêt sur Images. Ce qui pouvait provoquer de l'étonnement et demander des explications! La thèse selon laquelle le mouvement aurait été noyauté par l'extrême droite ne tient pas. C'est plutôt le contraire qui a eu lieu. L'apolitisme revendiqué du mouvement a permis à l'extrême gauche de s'installer au cœur des actions en sorte qu'après la décrue du mouvement (en deux temps: décembre 2018 et avril 2019) celles-ci apparaissent animées essentiellement par l'extrême-gauche, avec notamment la part prise par les "Blacks Blocs".
  6. je ne parle pas ici de la frange la plus radicale qui en avait avalé d'autres, avec plus ou moins d'effort, qui avait appris avec Mao que la révolution n'est pas un diner de gala
  7. Voir Démocratie représentative ou démocratie directe. L'exemple de la démocratie populaire de l'an II (1999). Voir aussi: Démocratie et Révolution française / Raymonde Monnier (1999 aussi).

mardi 15 octobre 2019

Zemmour encore

Je dois l’avouer: j’ai repiqué au truc, je suis allé revoir Zemmour. Ben oui, de temps en temps je retourne écouter Zemmour, et je ne suis pas le seul puisqu’il paraît que CNews a triplé son audience depuis qu’il y officie (en dépit des indignations et des boycotts). Et si je me dis que j’aurais sans doute pu mieux occuper mon temps, je ne le regrette pas vraiment, je n’en ai pas du remords. Si je l’écoute, ce n’est pas que je communie secrètement avec ses idées, que j’y trouve exprimé tout haut ce que je penserais tout bas (quoique, parfois…), ce n’est pas non plus que j’y vais pour m’indigner ou pour me mettre en colère, ni pour contempler combien je pense juste en face d’un discours qui serait l’opposé du mien, ni pour me conforter en repérant les sophismes, les contre-vérités et les astuces rhétoriques (quoique, souvent…). Non, j’y retourne parce que souvent, la plupart du temps j’en ressors éclairé (pas toujours, par exemple j’ai, aussi, regardé le face à face avec Sifaoui qui n’apportait rien), parce que j’y vois exprimé de façon cohérente un discours, voire un courant de pensée qui ailleurs ne s’exprime qu’avec réticence, dissimulation ou embarras, parce que Zemmour a du talent. Du talent, pas forcément beaucoup d’intelligence, non plus une érudition bien solide mais qui s’affirme avec un extraordinaire aplomb. Zemmour est en quelque sorte le prince des demi-savants de l’islamophobie (cf. tous les posts, des uns et des autres, qui veulent nous apprendre la vérité sur l’islam à partir de telle ou telle sourate ou de tel ou tel hadith), de l’islamophobie surtout mais pas seulement.

http://www.ericzemmour.org/2019/10/face-a-l-info-cnews-15/10/2019.html

Je continue de penser que les appels à censurer Zemmour sont contre-productifs, comme les indignations. Ainsi à propos de son face à face avec Nicolas Bouzon sur la PMA. Je suis sûr qu’un grand nombre de personnes (de citoyens et de citoyennes) pensent une grande partie de ce que pense Zemmour, y compris des personnes favorables à la PMA. Dans le cas présent, c’est la qualification d' »homophobie » qui est lancée. Ce qui m’apparaît à l’écoute, c’est que le propos de Zemmour, ses mots, si l’on peut y soupçonner un arrière-fond d’homophobie, ne sont pas explicitement homophobes. Il y a dans le monde un grand nombre de pays où sont appliquées des législations clairement homophobes (pays musulmans mais aussi la Russie, entre autres), Zemmour ne demande pas qu’on les imite, ne remet pas en cause le droit à l’homosexualité. Dire que la collectivité nationale n’a pas à financer la PMA qui ne bénéficierait qu’aux couches favorisées n’est pas homophobe et semble, dit comme ça, relever du bon sens. En regard les positions défendues par Nicolas Bouzou semblent souvent aller au rebours du bon sens. C’est, je crois, le tort de la gauche intellectuelle que, parce qu’elles sont soutenus par des études et des élaborations théoriques pointues, des thèses qui apparaissent à première vue heurter le sens commun doivent être imposées comme des évidences. Comme les raisonnements et les faits qui appuient ces thèses ne sont pas à la portée du plus grand nombre, le moyen pour les imposer est d’en tirer des injonctions morales (le politiquement correct). Dans un premier temps cela semble efficace mais à terme cela génère une disjonction cognitive et dans un deuxième temps un ressentiment.

L’utilisation stigmatisante des mots « homophobe » ou « islamophobe » (ou « antisémite », ou « misogyne » aussi bien, ou « raciste ») finit par recouvrir le fait que l’homophobie, l’islamophobie (l’antisémitisme, la misogynie, le racisme) existent bien et qu’elles sont des nuisances graves pour nos sociétés. D’une façon générale, je suis extrêmement réticent à ce qu’on qualifie par ces mots des personnes, dans la plupart des cas ils devraient être réservé à la qualification d’actes ou de propos. Dire de quelqu’un qu’il est homophobe, par exemple (mais c’est valable pour les autres qualifications), distinguer des homophobes, c’est supposer que les autres, dont moi, ne le sont pas. Utiliser ces qualifications stigmatisantes, c’est refuser de considérer ce que peut passer en moi des discours, des attitudes, des réactions homophobes, islamophobes, antisémites, misogynes ou racistes. C’est refuser que soient problématisés en moi et autour de moi les questions liées au genre, à la religion ou à la « race » (aux différences ethniques et culturelles).

mardi 8 octobre 2019

révolutions

en écoutant Edhem Eldem (https://www.franceculture.fr/emissions/les-cours-du-college-de-france/lempire-ottoman-et-la-turquie-face-a-loccident-les-annees-1820-1830-29-les-defis-dun-nouvel-ordre-et)

Les Ottomans appelaient, à la fin du 19e siècle, la Révolution Française "la Grande Révolution". Si la Révolution Française doit beaucoup à la Révolution Américaine, jusqu'à ce qui est devenu les couleurs de la France, est-ce que cette dernière ne doit pas beaucoup à la première? Je veux dire son importance paradigmatique. Hannah Arendt, par exemple, se réfère à la Déclaration d'Indépendance plutôt qu'à la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen (à vérifier). La Révolution Américaine apparait rétrospectivement comme un plagiat par anticipation. Son importance selon la perspective universaliste lui est acquise par rebond.

dimanche 6 octobre 2019

Macron, gauche et droite

N.: C’est un peu le problème aujourd’hui, l’élection d’E. Macron a tellement dynamité le PS et LR que toutes les balises idéologiques ont explosé. Qui sont les représentants légitimes (et reconnus) de la droite « traditionnelle » aujourd’hui ? Cela permet à toute le monde de s’appeler « la droite » et de récupérer des idées, même les plus nauséabondes...
L'élection de Macron m'apparaît plus comme une conséquence que comme une cause. L'opposition entre gauche et droite recouvrait, masquait une opposition, concrètement plus cruciale, entre souverainistes et européistes. Depuis 1981 au moins le champ politique paraissait structuré selon un axe gauche-droite avec à l'intérieur de chacun des camps une opposition secondaire entre partis de gouvernement et partis anti-système, et une grande partie du débat tournait autour de la question des alliances. La construction européenne a progressivement radicalisé cette opposition secondaire en sorte que le paysage était devenu clairement quadripartite, pour qui voulait le voir. Cependant les partis ne reflétaient pas cette situation et les deux grands partis de gouvernement (ou coalitions plus exactement mais simplifions) se sont efforcés de neutraliser l'opposition sur la question européenne en maintenant dans leur parti deux options de moins en moins compatibles. Il est significatif que l'éclatement du paysage politique (le "vieux monde") s'est produit à l'issue du quinquennat d'un François Hollande dont l'œuvre principale avait été d'avoir, comme secrétaire général du PS, colmaté la brèche ouverte au sein de celui-ci par la "trahison" de Laurent Fabius (les péripéties du référendum de 2005 sont très parlantes, s'agissant des avatars du paysage politique français), et le gouvernement Valls, à reprendre des postures sarkozystes, a démontré l'épuisement de la division gauche / droite lorsque qu'il s'agit de gouverner. Sur ce fond, l'élection de Macron paraît moins surprenante.

Le problème est qu'aujourd'hui le paysage politique apparaît non plus structuré selon l'opposition binaire entre gauche et droite, mais pas pour autant selon une division en quatre. Il est aujourd'hui tri-parti: un centre européiste et libéral encadré par deux extrémismes souverainistes et anti-libéraux. Ce qui reste de la gauche et de la droite de gouvernement, c'est-à-dire ce qui n'a pas été phagocyté par En Marche, a le plus grand mal à se distinguer de son voisin extrême (ce qui, si l'on admet que la structure de base est quadri-partite est logique). Du coup, si dans l' "ancien monde" l'opposition gauche/droite masquait l'opposition européiste/souverainiste (qui recouvre une opposition sur les valeurs plus globale), c'est aujourd'hui l'inverse et c'est l'opposition gauche/droite qui se trouve refoulée (voir les problèmes pour classer selon l'axe g/d le mouvement des GJ). Je ne crois pas pourtant qu'elle soit obsolète. Je crois qu'il reste une opposition essentielle entre gauche et droite sur les valeurs et qu'il y aurait la place et l'utilité pour, à gauche comme à droite du gouvernement, un soutien critique (ou une opposition modérée, comme on voudra), une représentation politique qui ne soutienne pas ni ne s'oppose systématiquement, et qui évalue au cas par cas l'action de l'exécutif, au nom, à gauche, du souci de l'égalité, et, à droite, de la liberté d'entreprendre.

samedi 5 octobre 2019

Riss, collabos

https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/une-minute-et-quarante-neuf-secondes-le-dessinateur-riss-est-linvite-des-matins
 
Hier écouté Riss aux Matins. Un discours que je trouve d'abord très raisonnable, très équilibré. Mais il y a quelque chose tout de même. Au début de l'entretien, il dénonce les "collabos", ceux qui ont mal réagi à l'attentat de Charlie-Hebdo (= qui ont relativisé, voire justifié...). Lorsqu'Emer lui demande qui ils sont, il se refuse à donner des noms et en appelle à l'étude qui est à faire des réactions à l'attentat. Le mot de "collabos" revient vers la fin de l'entretien. Emer rappelle la position prise par Riss à propos des jihadistes français, qu'ils se sont mis en état de guerre et que la prohibition de la peine de mort ne s'applique pas à eux, du fait même du choix qu'ils ont fait. Ce que je comprends, il y aurait sans doute pas mal à discuter là-dessus mais je ne prends pas la peine de remonter à la source pour chercher ce qu'il a écrit exactement (c'est pas tout à fait la même chose que de tuer quelqu'un au combat et l'exécuter après coup), ça ne me semble pas en tous cas déraisonnable. Mais Emer cite: "Dans un conflit, tant que la lutte à mort entre la liberté et la tyrannie n’est pas terminée, la peine capitale pour les traîtres, les collabos et les terroristes est logique."[note] Revoilà les collabos et cette fois il s'agit de leur infliger la peine capitale. Parle-t-il des mêmes "collabos" dont il parlait au début de l'entretien? La référence est bien sûr aux collaborateurs sous l'Occupation (et dans l'article Riss fait référence à l'exécution de Brasillach). C'est-à-dire que l'usage de ce terme sous-entend que le rapport que la société française a avec l'islamisme jihadiste aujourd'hui est analogue avec celui qu'elle avait avec l'occupant nazi, que nous vivons sous une occupation islamiste (le fantasme de Houellebecq). Ainsi derrière ces mots, on retrouve les thèmes du discours d'Eric Zemmour, dont pourtant Riss a pris bien soin de se distancer, qu'il a même condamné.


Note: https://charliehebdo.fr/2019/08/politique/quils-crevent%E2%80%89/ = http://www.laicite-republique.org/les-djihadistes-francais-qu-ils-crevent-riss-edito-charlie-hebdo-21-aout-19.html

Rechercher dans ce blog

cercamon (WordPress)

Membres

Archives du blog

recherche sur le site

la toile ce site

Creative Commons

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Powered By Blogger