vendredi 5 mai 2006

Handke, Verdier

J'écoute en faisant autre chose le débat de ce midi autour de la déprogrammation de la pièce de Peter Handke. Le directeur des éditions Verdier lit un texte qui m'atterre. Parce que j'aime le travail des éditions Verdier, que j'ai passé pas mal de mon temps libre de ces derniers jours dans un de leur récent livre... et parce qu'il invoque la philosophie grecque et la pensée juive pour défendre la statut de témoin de Handke. Témoin? J'ai bien plutôt l'impression que ceux qui protestent contre la déprogrammation travaillent pour l'oubli, pour un oubli déjà bien avancé ("Que voulez-vous savoir de plus? demande Julie Christie à Tim Robbins dans La vida secreta de las palabras, Vous n'avez pas lu les journaux pendant ces dix années?").
Je ne comprends pas.

Louise Lambrichs était là et Ariane Mnouchkine, qui a dit ce qu'il fallait dire.

Etiquettes Technorati: -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

cercamon (WordPress)

Membres

Archives du blog

recherche sur le site

la toile ce site

Creative Commons

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Powered By Blogger