samedi 14 juin 2003

alexandrins

17:45.- Deux alexandrins donnés par une courte sieste tout à l'heure:

      Ne croyez pas surtout que ce fût son office

      S'il fut le mauvais diable de cette nuit propice


(Le 1er est reconstitué: ta ta ta, ta ta ta, que ce fût son office)

J'aime bien l'assonance "riche" de la rime. C'est le jeune Eric, du "70 Show" qui déclame ça, arrivant de voyage, & il explique à sa bande, interloquée*, qu'il revient de Paris. Je crois d'abord que c'est du Shakespeare, traduit, mais c'est du Victor Hugo (pour le rêve!).

*Interloquée, parce que la série est en version originale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

cercamon (WordPress)

Membres

Archives du blog

recherche sur le site

la toile ce site

Creative Commons

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Powered By Blogger