mardi 12 août 2003

Philosophes (suite): Pierre Hadot, Nietzsche & Platon

Lu ces jours-ci la petite Apologie de Socrate de Pierre Hadot aux éditions Allia.



2 très belles citations de Nietzsche (Hadot reconnait derrière la figure idéale que Nietzsche se dessine, celle de Socrate).



"Rien de plus joyeux (nicht fröhlicheres) ni de meilleur ne peut être accordé à l'homme que d'approcher de l'un de ces victorieux qui pour s'être adonnés aux pensées les plus profondes n'en aiment que mieux la réalité la plus vivante et qui vers la fin de leur vie sont assez sages pour s'intéresser surtout au beau (sich zum Schönen neigen)... Ils se meuvent et vivent vraiment... c'est pourquoi nous retrouvons enfin à leur contact une impression d'humanité & de naturel, & nous voudrions nous exclamer avec Goethe: 'Quelle chose magnifique & délicieuse qu'un être vivant! Qu'il est bien adapté (abgemessen) à sa condition, qu'il est vrai, qu'il est existant! (wie seiend!)'"

(Considérations inactuelles. Schopenhauer comme éducateur, §2. Trad. de Geneviève Bianquis - les mots en italique sont une citation de Hölderlin, Socrate & Alcibiade)



"Le Génie du Coeur, tel que le possède ce grand Mystérieux, ce dieu tentateur, né pour être le charmeur de rats des consciences, dont la voix sait descendre jusqu'au monde souterrain de chaque âme... qui ne dit pas un mot, ne jette pas un regard, où ne se cache une intention secrète de séduire... le Génie du Coeur, qui impose silence aux braillards & aux fats & leur enseigne à écouter, qui polit les âmes rugueuses & leur fait goûter un désir nouveau, celui de demeurer lisses & immobiles comme un miroir pour refléter le ciel profond... Après son attouchement, chacun repart enrichi, non d'un présent reçu par grâce ou par surprise, ni d'une félicité étrangère dont il se sentirait oppressé, mais plus riche de soi-même, renouvelé à ses propres yeux... caressé & mis à nu par le souffle tiède du dégel, eut-être aussi plus incertain, plus vulnérable, plus fragile, plus brisé, plein d'espérances qui n'ont pas encore de nom."

(Ecce Homo, Pourquoi j'écris de si bons livres, § 6. Trad. G. Bianquis & Robert Pitrou)


Il est impossible de ne pas aimer Nietzsche!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

cercamon (WordPress)

Membres

Archives du blog

recherche sur le site

la toile ce site

Creative Commons

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Powered By Blogger