mercredi 27 août 2003

Le juste milieu selon Maïmonide

les hommes vertueux ne maintenaient pas leurs âmes dans une disposition d'équilibre absolu, mais ils penchaient un peu tantôt vers l'excès, tantôt vers le défaut, par mesure de précaution, je veux dire qu'ils s'écartaient un peu, par exemple, de la continence vers l'insensibilité...



S'il est vrai qu'à certaines époques quelques hommes vertueux penchèrent dans leur conduite vers l'un des extrêmes, s'imposèrent des jeûnes et des veilles, s'abstinrent de manger de la viande, de boire du vin, d'avoir commerce avec une femme, se vêtirent de laine et de poil, habitèrent les montagnes et se retirèrent dans les déserts, ils ne firent rien de tout cela qu'à titre de traitement, comme nous l'avons mentionné, et aussi en raison de la corruption des gens de la ville.




Moïse Maïmonide dans son introduction à la Michna Avot. Plus...



(La librairie Colbo est située rue Richer, non loin du faubourg Poissonnière, sur mon trajet quotidien pendant des années, lorsque je travaillais à la Bibbliothèque Nationale, rue de Richelieu. J'ai plusieurs fois acheté l'édition Colbo des Pirqé Avot parce que je voulais l'avoir avec moi ou pour l'offrir. Il existe deux éditions Colbo des PA. Dans l'une est adjoint au texte des PA celui des 8 chapitres de Moïse Maïmonide, son introduction à la Michna Avot, dont est extraite cette citation.)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

cercamon (WordPress)

Membres

Archives du blog

recherche sur le site

la toile ce site

Creative Commons

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Powered By Blogger