dimanche 27 août 2006

Nietzsche vivant ?

Mise à jour (30.08):

Après recherche, il apparaît que ce clip (qu'on trouve en plusieurs exemplaires avec variantes sur YouTube [1], [2], [3]) est un montage avec un peu de morphing pour donner l'illusion de mouvements à partir des photographies prises en mai 1899 à Naumbach par Hans Olde (série "Der Kranke Nietzsche") pour préparer ses portraits. Ces pseudo séquences filmiques auraient été d'abord été montées à la fin d'un film brésilien de 2001: Dias de Nietzsche em Turim de Julio Bressane, d'où elles auraient été extraites pour YouTube.

Voir sur Wikipedia:
http://de.wikipedia.org/w/index.php?title=Diskussion:Friedrich_Nietzsche/Archiv_2006&oldid=28731572#Filmaufnahmen_von_Nietzsche.3F
http://en.wikipedia.org/w/index.php?title=Talk:Friedrich_Nietzsche&oldid=72757023#So-called_.22Last-Days_Footage.22

Voir aussi les discussions sous les clips YouTube (ma source).

Sorry all!

_____

Je découvre ces images mouvantes de Nietzsche grâce au site des étudiants en philosophie de Paris 4. Nietzsche bouge à peine et la plupart sinon toutes les séquences ont dû être prises à la fin de sa vie.

Traduction à main levée (non garantie, donc) des sous-titres en italien:
JE et moi sont toujours trop pris par leur colloque: comment le supporter si n'y était un "tiers"?... le tiers est le liège qui empêche le colloque des "DEUX" de s'enfoncer dans l'abîme.

Mieux vaut être fou à son propre compte que sage avec les opinions d'autrui.

Le sentiment le plus pénible qui soit est celui de découvrir que l'on s'est toujours pris pour quelque chose de supérieur à ce que l'on est.

Ce qui se fait par amour est toujours par delà le bien et le mal.

Il y a toujours un grain de folie dans l'amour comme il y a toujours un grain de logique dans la démence.

On me dit que l'homme s'aime lui-même. Hélas, combien doit être grand cet amour... Combien de mépris il doit surmonter!...

La vérité est une armée en marche de métaphores, de métonymies, d'anthropomorphismes, en bref, une somme de relations humaines...qui ont été poétiquement et rhétoriquement agrandies, transposées, parées... et qui, pour avoir été utilisées longtemps, apparaissent à un peuple solides, canoniques et contraignantes... Les Vérités sont des illusions dont on a oublié qu'elles sont telles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

cercamon (WordPress)

Membres

Archives du blog

recherche sur le site

la toile ce site

Creative Commons

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Powered By Blogger