vendredi 5 mai 2006

Jean-François Revel et Jean-Paul Sartre

Le billet récent de Jacopo signale ce site où est ouvert une sorte de livre d'or en hommage à Jean-François Revel décédé dimanche matin.
Commentaire au billet d'Atelier de lecture: Je n'ai jamais vraiment lu Jean-François Revel, c'est sans doute dommage: mon père le lisait et me le conseillait au début des années 70 et ce n'était pas le bon moment! Quant à Sartre, il y a eu une série d'émissions hommage sur France-Culture il y a quelques mois et j'ai éprouvé alors quelque chose comme de la répulsion. L'authenticité, le garçon de café, tout ça... J'ai failli en faire alors un billet mais je ne l'ai pas fait: d'abord parce que la répulsion n'est pas un sentiment très agréable, ensuite parce que je me suis demandé si cette mienne répulsion ne devait pas beaucoup à une impression d'être ramené si intimement à l'adolescence tant il était patent que l'atmosphère intellectuelle, au moins telle que je la respirais, restait encore à la fin des années 60 saturée par la pensée (par les attitudes de pensée) sartrienne. Et puis, mélange de crainte et de révérence, de quel droit, me suis-je demandé, irais-tu médire d'un penseur aussi respecté?
Je ne suis pas sûr qu'aujourd'hui Sartre soit beaucoup plus lu et beaucoup plus influent qu'Aron ou que Revel. Comment alors expliquer la différence de reconnaissance (à en juger par les émissions de France-Cul, pour faire bref) que CJ signale? Crainte et révérence: n'y a-t-il pas là quelque chose qui est de l'ordre du religieux, une sorte de culte des saints laïcs?

Etiquettes Technorati:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

cercamon (WordPress)

Membres

Archives du blog

recherche sur le site

la toile ce site

Creative Commons

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Powered By Blogger