mercredi 10 mai 2006

Handke dans Libération aujourd'hui: Serbie et Yougoslavie

Quand je disais lundi que Peter Handke recueillait les fruits de sa provocation! Aujourd'hui l'"affaire Bozonnet" lui permet de publier dans Libération un article "pro-serbe" (Anne Weber nous a bien dit l'autre jour qu'il ne fallait pas dire "pro-serbe" mais je ne sais pas dire autrement ici). Lire aussi la mise au point de Pascal Riche ("Son raisonnement est pour le moins spécieux : qu'il y ait eu plusieurs monstres justifie-t-il qu'on se recueille sur la tombe du premier d'entre eux ?").
Ceci dit, il se peut que tout ceci tourne autrement que ne le pense Handke (quand je dis qu'il recueille les fruits de sa provocation, je ne le crois pas machiavélique, je le crois sincère). Parce que, contrairement à ce qu'il dit au début de son article, il n'y a pas unanimité aujourd'hui en France pour diaboliser la Serbie et Milosevic. J'ai plutôt l'impression que le sentiment majoritaire est la déploration du démembrement de la Yougoslavie, état laïque, multi-confessionnel et heureux (plus ou moins exprimée derrière une version de l'histoire qui ferait de ce démembrement, le crime initial, perpétré d'abord par Helmut Kohl et consenti ensuite par Mitterrand, sous l'espèce du soutien accordé aux déclarations d'indépendance slovènes et croates, et qui ferait du bombardement de Belgrade par l'Otan le crime final installant la Serbie dans la position de victime l'absolvant des crimes antérieurs de ses dirigeants). Handke finit son article par Zivela Yugoslavija, "Vive la Yougoslavie". Je crois cette vision des choses, où l'on affuble la Serbie du vêtement de la Yougoslavie pour la poser en victime, parfaitement spécieuse et trompeuse (c'est bien plutôt cette captation de la Yougoslavie, et d'abord de son armée, par la Serbie de Milosevic qui a été le premier moment de son démembrement) et qu'elle nous sert à ne pas penser à ce qui a été la responsabilité de notre pays et de son initiale politique pro-serbe, qui est pour beaucoup dans l'inertie de l'Europe au moment des massacres bosniaques. Alors oui, reparlons de la Yougoslavie, et pas seulement pour faire la comptabilité en partie double des victimes, mais pour en restituer les faits dans leur enchaînement, pour en restituer l'histoire.

Etiquettes Technorati: - - -

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

cercamon (WordPress)

Membres

Archives du blog

recherche sur le site

la toile ce site

Creative Commons

Creative Commons License
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.
Powered By Blogger